Matthieu Torquebiau

L’histoire de Mathieu Torquebiau est de celles que l’on aime entendre quand il s’agit de terres, d’homme, de vignes et de vin. Après des études en œnologie et des expériences professionnelles en Bourgogne, au Chili et à Bordeaux (rien que cela !), Matthieu décide de créer son propre domaine en partant de zéro. Il s’installe dans sa région d’origine et cherche un terroir bien particulier avec une idée en tête bien précise : faire des vins amples, fruités, élégants, frais et digestes. “Hermas” signifie en Occitan “Terre abandonnée, en friche”. C’est en 2003, au cœur des Terrasses du Larzac sur... En savoir plus

L’histoire de Mathieu Torquebiau est de celles que l’on aime entendre quand il s’agit de terres, d’homme, de vignes et de vin. Après des études en œnologie et des expériences professionnelles en Bourgogne, au Chili et à Bordeaux (rien que cela !), Matthieu décide de créer son propre domaine en partant de zéro. Il s’installe dans sa région d’origine et cherche un terroir bien particulier avec une idée en tête bien précise : faire des vins amples, fruités, élégants, frais et digestes.

“Hermas” signifie en Occitan “Terre abandonnée, en friche”. C’est en 2003, au cœur des Terrasses du Larzac sur un versant exposé plein nord qu’il plante finalement ses vignes de Syrah et de Mourvèdre. Son vin rouge l’Hermas est un savant mélange de fruits et d’épices de la Syrah, de complexité et de fruits mûrs du Mourvèdre, de garrigue et de minéralité provenant du terroir calcaire et d’un long élevage de 16 mois en fûts de chêne bien maîtrisé (Mathieu a aussi séjourné en Bourgogne et cela se sent).

Ses vins figurent à la carte de multiples restaurants étoilés, les sommeliers de Jean-François Piège et Michel Bras, entre autres, ne s’y sont pas trompés, Happycurien non plus.