AOP Hermitage

Juste merci… d’exister. Un vin, c’est une rencontre, un souvenir et du plaisir. Pour Valérie, oenologue chez Happycurien, l’hermitage c’est sa Madeleine de Proust. Vin des amateurs de Syrah, des puristes, il ne laisse personne indifférent. Souvent dans l’ombre des très grands de la vallée du Rhône, qui communiquent davantage, il est réputé pour sa grande finesse et son potentiel de garde remarquable. Partons à sa rencontre et préparez de la place dans votre cave pour ce très Grand. Tout commence en 1224, un chevalier revenant de croisade choisit le sommet de cette colline granitique pour se retirer du monde.... En savoir plus

Juste merci… d’exister.

Un vin, c’est une rencontre, un souvenir et du plaisir. Pour Valérie, oenologue chez Happycurien, l’hermitage c’est sa Madeleine de Proust. Vin des amateurs de Syrah, des puristes, il ne laisse personne indifférent. Souvent dans l’ombre des très grands de la vallée du Rhône, qui communiquent davantage, il est réputé pour sa grande finesse et son potentiel de garde remarquable. Partons à sa rencontre et préparez de la place dans votre cave pour ce très Grand.

Tout commence en 1224, un chevalier revenant de croisade choisit le sommet de cette colline granitique pour se retirer du monde. Puis ce fût très vite, une communauté qui édifia un ermitage, défricha et réimplanta de la vigne. De son origine, il en conservera son nom. Côté terroir, c’est assez complexe. On va tâcher de vous éclairer un peu. La colline de l’Hermitage se subdivise en trois parties ou mamelons.

En partant de l’ouest sur la rive gauche, nous trouvons tout d’abord :
Les Bessards au sol granitique et très accidenté sont certainement le meilleur terroir pour réaliser des vins rouges d’exception. La très reconnue cuvée La Chapelle provient justement de ce terroir. Lorsque le merveilleux côtoie l’élégance et la concentration, vous avez en face de vous cette cuvée magistrale.

La partie centrale va se diviser en deux, les Méals sur la partie supérieure et les Greffieux sur le bas. Le haut va produire les vins les plus solaires de l’appellation grâce à son exposition plein sud. Le sol est calcaire et siliceux avec en surface des galets roulés. En bas, la terre est plus fertile. Les lieux dits Murets et Dionniers possèdent un sol argileux avec une pente plus douce et une exposition Est. Terroir de prédilection pour les blancs.

L’Hermitage est en A.O.C. depuis 1937, elle s’étend sur seulement 135 hectares et sur 3 communes, dans le département de la Drôme :
Tain-l’Hermitage, Crozes-Hermitage et Larnage. Ce vignoble a une particularité qu’il partage avec son cousin le Crozes-Hermitage c’est d’être sur la rive gauche du Rhône. Et oui, l’ensemble du vignoble se retrouve sur la rive droite.

Hermitage : du style et de la classe avez vous-dit ?

L’Hermitage rouge
C’est un vin de Syrah mais il peut recevoir un ajout de 15% de Roussanne et de Marsanne. Sa robe est souvent rubis profond. En prenant de l’âge, ce vin puissant et fin, charnu et vigoureux acquiert alors rondeur et souplesse. Doté d’une garde d’exception, les meilleurs millésimes vont gagner en finesse en développant des notes de violette, d’épices et de cassis.

Et les blancs…
Issus des cépages Marsanne et Roussane, les Hermitage blancs, se parent d’une robe jaune dorée et possèdent une rare onctuosité. Pour les amateurs de grands Bourgogne, vous pouvez être séduit par la subtilité et la belle palette aromatique de ses vins. Ils vont développer des arômes mielleux de noisette, de pêche et d’abricot ainsi que quelques fragrances d’iris, de narcisse et de tilleul.