Le tour du monde des vins effervescents !

Par Nicolas Secondé, Secondé Oeno’Logique Conseil

Alors que la consommation européenne de vins diminue, il est une catégorie de vins qui progresse, lentement mais sûrement : le vin effervescent, qu’il soit issu d’une prise de mousse noble en méthode traditionnelle ou en cuve close. Il y a encore 50 ans, seul le champagne pouvait prétendre à une appellation structurée. Fort de son antériorité et de ses ventes annuelles de plus de 300 millions de bouteilles, il peut encore aujourd’hui prétendre au leadership en terme d’image et, soyons chauvins, de qualité. Les champenois ont eu l’intelligence de baser leur succès sur la valorisation et la stabilité de leur production avec des règles strictes et des outils qualitatifs particuliers (pressurage, vins de réserve,…).

Depuis 25 ans, chaque région, chaque pays veut également son vin effervescent de référence.

Ainsi, les crémants de France se sont fédérés derrière la Bourgogne puis l’Alsace et le Val de Loire, alors précurseurs. Utilisant les mêmes méthodes d’élaboration que le champagne, les crémants se sont développés sur 7 régions en France :

  • Alsace 32 millions de bouteilles,
  • Bourgogne 17M,
  • Bordeaux 2M,
  • Die 0,4M,
  • Jura 2,5M,
  • Limoux 3M,
  • Val de loire 10M

Le Luxembourg a rejoint la famille des crémants avec ses coteaux situés sur la Moselle. Ensemble, ils réalisent plus de 70 millions
de bouteilles misant sur la fraîcheur et l’authenticité de leurs produits en s’appuyant sur l’incorporation de cépages régionaux dans les assemblages.

Aujourd’hui, la Savoie frappe à la porte pour enrichir encore cette famille.
Parallèlement, le développement de ces « nouveaux produits effervescents » de référence n’a pas fait faiblir la croissance des produits régionaux ancestraux :

  • La Blanquette à Limoux
  • La Clairette à Die
  • Les appellations de Loire : Saumur …
  • La Méthode Ancestrale de Gaillac …

Nos voisins européens ont eux aussi développé leurs vins effervescents. Les allemands ont, de tout temps, été de grands producteurs de vins effervescents, principalement en cuve close. Depuis peu, ils se tournent vers la méthode traditionnelle. Leurs productions, issues de leurs cépages Riesling, Muller Thurgau, etc., se sont enrichies de cépages plus dédiés tels que les Chardonnay, Pinot Blanc et Pinot Noir.

Les espagnols, avec le développement constant des Cavas, ont atteint plus de 300 millions de bouteilles. Ils sont devenus les seconds producteurs en volume de méthode traditionnelle. Avec le temps, ils se sont structurés et aujourd’hui il existe une production à plusieurs vitesses : des Cavas bon marché de masse, des produits plus qualitatifs, comme les « Gran Cuvées ».

Les italiens, historiquement présents sur le marché des vins effervescents avec les « frizante » et les Muscats d’Asti, ont diversifié depuis longtemps leur production.

Aujourd’hui, les Prosecco se développent très rapidement en volume et en qualité. Ces vins sont élaborés en cuves closes pour la grande majorité mais aussi en méthode traditionnelle. Parallèlement, l’Italie nous présente d’autres produits positionnés encore plus qualitatifs avec en tête le Franciacorta, qui décline le Chardonnay et le Pinot Noir avec et sans barriques et les effervescents du Piémont autour du Pinot Noir…

Les bulles sont tellement attractives que chaque pays développe sa production qu’il soit historiquement producteur de vins ou non : Le Portugal, l’Angleterre, la Belgique, la Hollande ne sont pas encore reconnus comme pays producteurs, mais disposent déjà leurs produits effervescents.

La tendance actuelle est une segmentation de marché avec 3 approches :

  • Vins bruts natures ou extra bruts : ces vins sont très faiblement dosés : moins de 5 g/l de sucre,
  • Vins de maturation : avec 5 ans minimum de maturation sur lies pour les méthodes traditionnelles et plus d’une année pour les cuves closes,
  • Vins authentiques : vins de base vinifiés sous bois. Ainsi, à côté du vin effervescent, synonyme de fête, se dessine une autre famille de vins plus gastronomiques.

Il n’est donc plus rare de passer une soirée complète de l’apéritif au dessert avec des vins effervescents. Ils gagnent en diversité et encore en qualité. De quoi assurer encore pour quelques années une belle croissance…