Le verre de vin

DE L’ÂGE DE BRONZE À L’ÉPOQUE VÉNITIENNE

Au départ, à la sortie de l’âge de bronze, les Romains utilisaient des gobelets faits de plomb, d’argent ou en poterie. Quant aux Bretons du Ve siècle, ils créèrent un vase peu profond et évasé muni d’un pied, nommé Kylix. Durant cette période, la vaisselle en faïence est alors principalement utilisée.

Par la suite, à l’aube du XIVe siècle, avec l’amélioration des méthodes de fabrication du verre, les prix baissèrent et le verre devint le matériel de prédilection pour la fabrication des verres à vin, avec notamment les premiers exemplaires à pied.

Cependant, pour que l’histoire des verres à vin soit complète, il nous faut évoquer la période vénitienne. Au XIVe siècle, c’est Venise qui devint le centre de l’univers du verre. Plus précisément, c’est sur l’île de Murano que l’art vénitien se perfectionna. Puis par la suite, un nombre important de vénitiens migrèrent à l’étranger en exportant les techniques apprises dans leur pays.

Vers la fin du XVIIe siècle, le prestige du verre vénitien commença à décliner, mais son emprise sur l’Europe était déjà totale. Chaque pays avait commencé à produire ses propres versions de verres de style vénitien.

À cette époque, les fabricants de verres avaient besoin d’une énorme quantité de bois pour chauffer et faire fondre le verre. C’est pourquoi nous les retrouvions généralement dans des régions forestières, comme la Bohème du nord, où Johann Christoph Riedel naquit en 1678. C’est cette famille qui rendra populaires les verres à pied transparents aux alentours de 1740.

Puis vint la découverte du cristal par les Anglais. En rajoutant du plomb au verre, ils permettront la production de verres plus solides et mieux travaillés. C’est en 1764 que nous voyons naître la première cristallerie de France avec Baccarat, ou Saint-Louis en 1767. Au cours de la décennie suivante, avec la première révolution industrielle, le pressé-moulé, importé des États-Unis, permettra de mécaniser et d’automatiser la production de verres en Europe. Les maisons Leonardo (en 1859) et la cristallerie d’Arques (en 1825) démocratisèrent l’utilisation du verre à vin.

L’ÉPOQUE MODERNE

Jusqu’aux années 50, les verres à vin avaient essentiellement la vocation d’être décoratifs et c’est Claus Riedel, verrier autrichien, qui présentera la première série de verres spécifiques à la dégustation. Aujourd’hui, nous distinguons deux types de gammes de verres à vin : les services de verres destinés à la table (dont l’intérêt est porté sur le design) et les verres à dégustation (dont l’accent est mis sur la technique), qui sont personnalisés en fonction du type de vin. À vous de choisir !