Crémant de Loire

Un petit tour dans l’histoire…

Avis d’expert
Bénédicte Portevin, œnologue

L’appellation “Crémant de Loire” existe depuis 1975, date de parution du décret. Cependant, le vignoble doit son développement aux monastères et abbayes fortement implantés dans la région dès le Moyen-âge. Les vins effervescents élaborés selon la méthode traditionnelle dite “champenoise” (aujourd’hui exclusivement réservée à la Champagne) apparaissent dans la région de Saumur au début du XIXe siècle. La zone de production longe la Loire et ses affluents sur environ 200 kilomètres et s’étend sur 318 communes dont certaines sont célèbres pour leurs châteaux.

Des couleurs et des bulles…
Le Crémant de Loire se décline en blanc et en rosé, il provient de différents cépages dont les plus connus sont, pour les blancs, le Chenin, le Chardonnay et l’Arbois, et pour les noirs, le Cabernet (Franc ou Sauvignon), le Grolleau et le Pinot (Pineau d’Aunis ou Pinot Noir).

Dans le secret de son élaboration
La récolte manuelle s’effectue en caisses ajourées, les raisins doivent être sains et en grappes entières, le pressurage est lent, régulier et soigné. Seules certaines fractions de cette “pressée” entrent dans l’élaboration du premier vin appelé “vin de base”. Ce moment est déterminant pour sa qualité, notamment pour la finesse de sa bulle. Après une fermentation classique, ce vin de base est préparé pour la phase du tirage. L’ajout d’un levain, d’une “liqueur” (mélange de sucre et de vin) et sa mise en bouteille capsulée conduisent à la seconde fermentation en bouteille appelée “prise de mousse” : sous l’effet des levures, le sucre se transforme en alcool et dégage du gaz carbonique qui donnera la pression nécessaire (à 10 °C, 4 grammes de sucre génèrent 1 kilogramme de pression). Après un à deux mois, la prise de mousse est terminée. Les bouteilles restent alors au repos “sur lattes” pendant un minimum de 12 mois, afin que les levures se détruisent d’elles-mêmes pour conférer au vin ces arômes particuliers, légèrement briochés, associés aux notes de fleurs blanches et aux effluves fruités et minéraux des cépages locaux. Ils participent à l’élégance et à la complexité des Crémants de Loire. Arrive alors la phase du dégorgement : expulsion du dépôt présent dans la bouteille et dosage d’une liqueur pour obtenir un vin extra-brut, brut, sec ou demi-sec. La composition de la liqueur ajoutée au moment du dégorgement est un secret bien gardé. À vous de découvrir la subtilité du Crémant de Loire, sa fraîcheur et sa complexité !

Pour une dégustation réussie :
• Plutôt que des coupes, d’où le gaz s’échappe vite, choisissez des flûtes ;
• Dans votre lave-vaisselle, évitez le liquide de rinçage : en effet, un film lisse et protecteur empêche la bulle de trouver un point d’accroche et donc de former un joli cordon dans votre verre ;
• Enfin, le rouge à lèvres, riche en matières grasses, fait disparaître très rapidement l’effervescence. Désolée, mesdames…